Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’amarante … sans jamais oser le demander !

Share Button

Amarante.

Amarante.

L’amarante, une céréale méconnue que je voudrais mettre aujourd’hui à l’honneur. Disons, pour être plus précise, qu’elle s’apparente aux céréales, mais elle appartient à la famille des amarantacées.

«Amarante» vient du grec « amarantos », qui signifie «qui ne peut se flétrir» ; l’orthographe « amaranthe » est une aberration étymologique apparue, puis disparue, au 16ème siècle, sans doute pour faire « stylé », mais qui ne se justifie aucunement.
Ce mot désigne une plante d’automne à fleurs pourpres, et a même donné le nom d’une couleur.

C’est une plante très ancienne, dont il existe de multiples espèces de par le monde. Toutes les variétés sont comestibles, et donnent environ 80 000 graines par pied .
Elle était d’ailleurs vénérée comme une « graine miraculeuse » par les Aztèques et les Incas qui lui prêtaient des pouvoirs surnaturels.

La graine d’amarante a en effet une valeur nutritive remarquable :

  • Elle est en effet très riche en lysine, qui est un acide aminé essentiel pour le corps humain, car il ne peut le fabriquer, et qui est absent de la plupart des céréales
    Graine d'amarante crue.

    Graine d’amarante crue.

    (mais présent dans les légumineuses, d’où l’association céréales-légumineuses dans la cuisine végétarienne).
  • Elle contient de 13 % à 16 % de protéines, ce qui est un très fort taux.
  • Elle est également très riche en minéraux : notamment en calcium, et sous une forme parfaitement assimilable par l’organisme, contrairement à celui des produits laitiers, qui est peu assimilable et encrasse l’organisme, en étant notamment générateur d’ostéoporose (pour en savoir plus, vous pouvez lire ce billet). En plus du calcium et du fer en grand quantité, l’amarante contient du magnésium, du potassium, du cuivre, du manganèse, du sélénium, du phosphore, du zinc, etc.
  • La lécithine qu’elle contient la rend très bénéfique pour le système nerveux et cérébral.
  • Elle est peu grasse, mais ses graisses sont constituées de 70 % d’acides gras polyinsaturés, ce qui est très bénéfique.
  • L’amarante est très riche en fibres.
  • Et l’amarante est sans gluten, puisqu’il ne s’agit pas d’une céréale. Pour en savoir plus sur le gluten, c’est par ici.
  • Comme le quinoa par exemple, vous pouvez réduire les graines d’amarante en farine, et en incorporer une proportion (de 1/4 à 1/3) à votre farine habituelle, en profitant ainsi de toutes ses propriétés.
  • Bien entendu, comme toutes les graines, l’amarante peut aussi se faire germer, ses teneurs vitaminique et protéique déjà exceptionnelles sont encore boostées.  On la déguste alors crue, en mélange dans des salades ou en la parsemant sur des plats, sur des fruits … 

Les fleurs et les feuilles d’amarante :

Amarante.

Amarante.

Les fleurs et les feuilles sont également comestibles ; comme tous les légumes feuilles, elles sont riches en fer, en calcium, en vitamine C également (mais attention, c’est lors d’un usage cru, car celle-ci disparaît à la cuisson) ; elles sont également riches en mucilage, ce qui combat la constipation, et constituent un aliment hyper protéiné, même plus que le soja !

L’amarante pour lutter contre l’insécurité alimentaire dans le monde :

L’amarante est en effet une bombe nutritionnelle, et elle génère des rendements plus importants que d’autres plantes à graines ; de plus, elle pousse sur des sols très pauvres, exige peu d’eau, résiste à la sécheresse, aux parasites, aux maladies diverses, et sa période de maturation est rapide.

L’amarante peut aider les plus pauvres, sa culture est écologique, rentable, ne nécessite pas de pesticides … vous devinez à qui cela ne plaît pas du tout ?

L’amarante est militante : elle fait reculer Monsanto !

Il est avéré qu’un gène de résistance au Roundup (donc au glyphosphate) a sauté des graines OGM commercialisées par Monsanto aux plantes d’amarante (ah bah oui, c’était absolument impossible, avait assuré Monsanto, mais l’amarante ne le savait pas !), qui envahit ainsi sans broncher les champs de soja ou maïs transgéniques américains, contraignant les paysans utilisant ces OGM, beaucoup plus chers à l’achat et sans plus aucun avantage, à les abandonner.
Et donc Monsanto n’apprécie pas du tout du tout cette amarante mutante qui lui tient tête ! Serait-ce une manifestation des pouvoirs surnaturels dont la créditaient les Aztèques ??
Car l’amarante est une vraie petite merveille de la nature, elle ne se laisse pas abattre comme cela. Jugez plutôt : chaque plante produit en moyenne 12.000 graines par an, et celles-ci peuvent rester en état de vie suspendue de 20 à 30 années avant de germer lorsque les conditions lui sont favorables. Profondément enracinées, elles sont très difficiles à arracher.

L’amarante donne donc vraiment du fil à retordre à Monsanto, qui la qualifie de « superweed » (super mauvaise herbe) !
Quand on voit toutes ses qualités nutritionnelles … en effet quelle mauvais herbe !

Bon OK, l’amarante est un super aliment, en plus elle fait la nique à Monsanto, mais est-ce que c’est bon ?

Ce n’est pas bon, c’est excellent, c’est à se damner de gourmandise … c’est onctueux à mourir, cela fond en bouche … L’amarante a un petit goût noisetté, tout doux … Que dire de plus ? Demandez un peu à mes enfants, et à tous ceux qui font un tour chez moi !
Le secret pour qu’elle soit délicieuse est de la faire cuire correctement, c’est-à-dire pas comme ce qui est indiqué sur les paquets. Je tiens ses secrets de cuisson d’un vieux monsieur péruvien qui adore en manger au petit déjeuner, mais alors cuite correctement, bien mijotée, bien fondante … pour bien commencer la journée !

Aujourd’hui, je vais vous donner sa cuisson de base, en salé ; mais elle peut aussi se déguster en sucré, cuite dans du lait végétal, en clafoutis salé, sucré, en gratins, et de tant d’autres manières !

 

Amarante parsemée de Parmesan végétal.

Amarante parsemée de Parmesan végétal.

Et vous pouvez même la parsemer de mon super Parmesan végétal (clic !) !

C’est très très très facile et très très très bon ! Et même très très très rapide, car vous n’êtes pas obligé de l’écouter blobloter sans rien faire, même si bien sûr, vous devez rester dans les parages !

A votre casserole et cuillère !

Share Button

Amarante :

Par 8 juin 2016

Ingrédients

Instructions

  • Laver l'amarante dans une passoire très fine, ou bien garnie d'une mousseline.
  • Mettre l'amarante dans une casserole, et ajouter de 1,5 fois à 2 fois son volume d'eau froide non salée. Ne pas mettre toute l'eau d'un coup, en garder un peu pour ajouter en fin de cuisson si nécessaire.
  • Faire frémir 30-35 mn à couvert à partir du début de l'ébullition. La cuisson doit être menée à tout petit feu , et on doit remuer régulièrement, afin que cela n'attache pas.
  • Saler en fin de cuisson.
  • Une fois la cuisson terminée, ajouter un peu de beurre, de purée de noix du Brésil, d'amandes, de cajou … (Non, pas tout à la fois, c'est au choix !)
  • Oublier 5 minutes au chaud à couvert.
  • Mmmmh ... !!!

22 réponses à Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’amarante … sans jamais oser le demander !

  1. Jane BLAINEAU

    Merci à Valérie et à tous les intervenants – Je viens d’acheter de l’amarante en grains pour une toute première fois et cela afin de diversifier les quelques céréales que j’ai adoptées ( sarrasin – millet – quinoa) alors, je suis ravie de pouvoir suivre ta recette avec l’amarante. J’espère pouvoir suivre ton blog et découvrir d’autre bonnes choses pour mon corps – Un grand merci à toi. jane

  2. carol582

    Ah merci !
    Cette recette est géniale :-)
    L’indication du temps de cuisson change tout et les 5 minutes de repos aussi… étant intolérante au gluten, et nécessitant un petit déjeuner consistant avant d’aller au travail, c’est absolument parfait cuit dans un lait vegetal, avec une compote de fruits !
    Un grand merci.

    • Valérie Moncan

      Super, merci du retour 😀

  3. dragon

    Merci Valérie, je vais surveiller le blog.
    Mais je comprends que ces céréales, fort peu communes, n’appellent pas à des recettes grand public (mise à part l’injera, galette de teff éthiopienne, très facile à réaliser).

    • Valérie Moncan

      Mmmmh … une grande injera au levain, avec toutes ses garnitures …

      • Dragon

        Et bien voilà une opportunité de nous faire découvrir le teff, de plus, avec toutes les garnitures comme tu le soulignes, cela fera un magnifique visuel pour le blog!

      • Valérie Moncan

        C’est ce que je me suis dit aussi ! Yapluka !

  4. dragon

    …pas de réponse pour les recettes à base de fonio ou de teff…?

    • Valérie Moncan

      Désolée ; j’utilise peu ces deux céréales, et en ce moment je cuisine fort peu de céréales (ou pseudo céréales) ; mais je garde ta question dans un coin de ma tête 😉

  5. Nicole

    L’amarante peut se faire cuire en dernier avec d’autre grains
    * faire tremper la veille dans un peu d’eau
    et brasser pour que les graines se décolle un peu.
    si non, il faut passer dans un coton à fromage très fin.
    * Quand vous faites cuire du riz, du millet, après 20 min
    ajouter l’amarante qui a été tremper
    * cuire environ 5 min,
    et moi, j’ajoute à la fin de la cuisson des grains sarrasins
    avec une fourchette et délicatement soulever et mélange les grains
    * et je couvre 5 min environ ou moins.
    Prendre une fourchette et délicatement soulever les grains
    c’est prêt à servir.
    Les grains ne se colle pas trop et ne fait pas une purée.
    * C’est bon pour épaissir une soupe. vous les mettez sans trempage.

    • Valérie Moncan

      Oui oui, c’est vrai, mais je ne le fais pas, car ce que je trouve bon dans l’amarante … c’est l’amarante ! Je n’aime pas trop mélanger les céréales ; si un jour je n’ai pas envie de texture onctueuse, eh bien je n’utilise pas d’amarante 😉

  6. Dragon

    Bonjour Valérie,
    J’avais naguère essayé l’amarante , une catastrophe: je n’ai obtenu qu’une infâme pâtée. Je vais donc réessayer avec cette recette. Au passage, j’ai eu la même déconvenue avec le fonio et le teff (pas la farine, j’ai les recettes, mais le teff en grains), aurais-tu des astuces pour en faire quelque chose de bon? En particulier le teff, je commence à m’intéresser à la cuisine ethiopienne. Merci!

  7. Joëlle

    Bonsoir Valérie en sucré tu fais cuire l’amarante de la même façon avec du lait végétale ? car j’ai essayé d’en faire en pop corn (mon fils voulait goutter) comme ils disent, mais il va falloir qu’ils fassent une vidéo de leur produit car ça fonctionne pas enfin si pour combler les trous qui sont sur tes dents mdr …..

    • Valérie Moncan

      Oui pareil ; en remuant régulièrement pour que cela n’attache pas au fond de la casserole. L’amarante soufflée, j’ai moi aussi essayé, il y a bien quelques grains soufflés, mais la majorité sont cramés ; pourtant, j’ai même essayé aussi avec un appareil exprès pour pop corn.

  8. mamapasta

    jusque là, je mangeais uniquement les feuilles ( ça pousse absolument partout) et je n’ai jamais acheté de graines..à tester

  9. Vina

    Bonjour,
    Merci pour ce blog très intéressant car je suis végétarienne culturellement (indienne) et je découvre une cuisine veg autrement, appétissante, à l « européenne » si je peux utiliser ce terme.
    Je vais m inspirer de toutes vos recettes végétaliennes surtout les gâteaux.

    • Valérie Moncan

      Merci beaucoup ! J’adore aussi la cuisine indienne, tellement riche et savoureuse :)

  10. despoine

    Bonjour Valérie ,
    Que veut dire Yield ?
    Pour combien de personnes prévoyez vous pour vos recettes ?
    Belle journée .

    • Valérie Moncan

      « yield » signifie par exemple « rendement » ; donc dans ce cas, cela indique pour combien de personnes le plat est prévu.

  11. Amélie

    Bonjour,
    Une petite graine gourmande et qui « fait la nique « à Monsanto,, voilà qui est réjouissant.
    Merci pour ce billet, j’avais essayé l’amarante, mais le résultat n’était pas au rend-vous. Donc je recommence à goûter
    bonne journée

    • Valérie Moncan

      Oui, moi aussi j’ai « redécouvert » l’amarante il y a un an maintenant, en effectuant une cuisson différente, suite à mes conversations « péruviennes » !.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>