Palak paneer, pour une fabuleuse excursion en Inde

Share Button

Palak paneer 794

Le palak paneer, une façon délicieuse de se régaler d’épinards, que l’on soit petit ou grand !

Si les épinards ont mauvaise presse chez les personnes n’approchant que de fort loin les légumes, c’est qu’ils ne connaissent en général que leur version en boîte de conserve ; sous cette forme, je confirme, c’est immangeable 😉 Je le sais, j’ai testé pour vous (bon, pas toute l’assiette, mon professionnalisme a tout de même ses limites !) il y a quelques années lors de mes épisodes à l’hôpital.

Pour cette recette, les épinards frais sont préférables, non pas à ceux en conserve -ce truc noirâtre et gluant n’a de toute façon pas sa place en cuisine- mais aussi aux surgelés.
A la dégustation, vous ne regretterez pas le surcroît de temps que cela vous aura demandé.

Un plat qui fera entrer toute l’Inde dans votre maison, avec son cortège d’épices, de parfums, de saveurs.

Sans paneer, pas de palak paneer ; vous allez me dire que c’est une lapalissade, mais en fait pas du tout. En effet, le paneer est un fromage qui ne fond pas à la cuisson, il n’est donc remplaçable par aucun fromage français que vous pourriez acheter tout prêt. Ce n’est d’ailleurs ni difficile, ni très long de faire du paneer ; vous y aurez droit dans un prochain billet !

La seule autre possibilité est de le remplacer par du tofu ferme. Le goût ne sera pas du tout le même, mais ce sera très bon également. Je conseille même ici d’utiliser du tofu préalablement surgelé quelques jours, ce qui change sa texture : il devient spongieux. Après décongélation, on le presse, en enlevant ainsi une partie de son eau.
Alors, soit on le fait revenir dans du ghee ou de l’huile d’olive, et il devient tout soufflé, soit on le met directement dans une sauce, dont il se gorge avec gourmandise, comme une petite éponge !

Mes convives ont tout terminé jusqu’à la dernière bouchée ! Vous allez voir que ce grand classique de la cuisine indienne est absolument délicieux, et il vous fera redécouvrir les épinards.

Share Button

Palak paneer :

Par 24 avril 2015

Ingrédients

Instructions

  • Faire étuver les épinards à sec, à feu doux et à couvert, dans une grande cocotte à fond épais ; il faut le faire en plusieurs fois, car les épinards crus prennent beaucoup de volume. Il s’agit juste de les faire faner, ce qui est très rapide. Les enlever aussitôt et les réserver dans une passoire. Jeter le jus de végétation à chaque fois.
  • Ensuite, les égoutter de nouveau et les hacher au couteau (pas de robot !) sur une planche.
  • Faire chauffer le ghee et ajouter les graines de cumin ;
  • lorsqu’elles commencent à crépiter, baisser le feu et faire fondre et dorer l’oignon à couvert
  • Un peu plus tard, ajouter l’ail et le gingembre en purée : faire revenir à découvert en remuant sans cesse.
  • Ajouter alors la coriandre, le garam masala, le piment, le sel, puis les tomates (pelées en dés, ou en purée au Vitamix) ; faire cuire une 15-20 (un peu moins si, hors saison, vous utilisez des tomates en boîte), jusqu’à ce que vous ayiez une sauce bien aromatique et homogène.
  • Ajouter les épinards, faire mijoter une dizaine de minutes à couvert, en remuant de temps à autre.
  • Incorporer la crème, le paneer. Mélanger délicatement pour ne pas défaire les dés de paneer ; ajuster en assaisonnement.
  • Si on choisit d'utiliser du tofu au lieu du paneer, il faut au préalable le mêler à du tamari, puis le faire revenir  dans une cuillerée de ghee ou huile de coco.
  • Servir avec du riz Basmati (cuit selon cette méthode), et parsemer chaque assiette de pousses de fenugrec.

Dégustez et régalez-vous !

7 réponses à Palak paneer, pour une fabuleuse excursion en Inde

  1. JX75

    Sans prétendre qu’il s’agit de paneer (jamais goûté) j’ai pu faire du fromage qui ne fond pas à la cuisson en appliquant la méthode de fabrication du tofu mais avec du lait demi-écrémé : une cuillérée à soupe de nigari (dissous dans un peu d’eau tiède) ajoutée à deux litres de lait bouillant, un tour de cuillère, puis égouttage entre deux faisselles de récupération (avec un poids).

    Ce fromage ne fond pas du tout (testé sur une pizza…) et ptut être coupé en dés et frit.

    • Valérie Moncan

      Intéressant à savoir, ce processus traditionnel pour le lait de soja marche donc aussi pour le lait de vache ; mais une prochaine fois, vous devriez essayer avec du lait du soja, car le lait de vache, surtout industriel, n’est pas excellent pour la santé.

  2. CRISTIANA

    Le jus de végétation refroidi et dilué dans l’eau sera très apprécié par vos plantes d’intérieur comme d’extérieur.

    • Valérie Moncan

      Je ne savais pas ! Le « petit lait », comme je l’appelle, je l’utilise comme liquide pour faire du pain, mais il en reste toujours, je me souviendrai de ce conseil 😉

  3. Celestine

    Je profite de cette escapade indienne pour demander si tu n’aurais pas quelque part dans un grimoire une recette de masala dosa à la keralaise… je n’en ai pas encore trouvé qui donne un aussi bon résultat que là-bas!
    Merci d’avance!

    • Valérie Moncan

      Ah les masala dosa du Kerala … c’est juste à tomber par terre 😉 Oui, je peux mettre ma recette en ligne, mais ce ne sera pas tout de suite, la semaine prochaine je ne pourrai pas poster ! Mais bientôt, promis !

  4. Dragon

    A l’époque où je consommais encore des produits laitiers et du soja, je fabriquais mon paneer: une tuerie! Très facile à réaliser: je le faisais avec du jus de citrons bios et du lait cru Gaborit ou du lait de soja maison, et j’agrémentais avec un peu de piment d’Espelette et des fins herbes fraiches.
    Par ailleurs, un produit à consommer avec modération : on est trompé par l’aspect fromage frais, en fait, c’est très riche!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>