Laits végétaux (8/8) : utilisation de l’okara, en salé comme en sucré

Share Button

okara 170

On termine aujourd’hui notre volet sur les laits végétaux, avec lokara.
Le lait végétal étant un filtrat, après mixage et filtration, il reste une pulpe broyée et humide, ce que l’on appelle en japonais l’ »okara » pour désigner la pulpe de soja ; par extension, personnellement je nomme okara toute pulpe de lait végétal ; de toute façon l’utilisation en est la même, je ne fais pas de différence d’une pulpe à l’autre lorsque je cuisine. 

Bien sûr, pour avoir de l’okara, il faut tout d’abord avoir réalisé un lait végétal ; je vous en propose différentes sortes ICI.

Il serait dommage de jeter cette pulpe, car elle est intéressante : elle contient des fibres, des protéines, et les mêmes nutriments que le végétal choisi pour faire du lait. Elle est totalement fade : ce n’est pas un point négatif selon moi, au contraire, cela permet ainsi de l’utiliser en salé comme en sucré, en lui apportant les saveurs choisies. Elle va donner de la consistance à vos préparations, un peu comme une farine très légère et sans gluten.

L’utilisation de l’okara est multiple :

1. Fraîche :

Elle est très périssable ; donc soit on l’utilise dans les deux trois jours pour de l’okara de soja, ou même moins pour les pulpes de laits crus, soit on la congèle.

  • Elle peut tout simplement donner davantage de consistance aux soupes, peut être cuite additionnée de légumes, préparée comme une sorte de polenta .
  • Elle peut également entrer dans la composition de galettes végétales, burgers de diverses sortes, boulettes de « viande », pains : elle apporte de la légèreté et du moelleux à ces préparations.
  • Elle permet également de réaliser des gâteaux tout légers légers ; mais attention, je l’ai vue proposée en remplacement du fromage pour faire des cheesecakes : le résultat n’aura absolument aucun rapport ; pour des cheesecakes vg, il faut du tofu, soyeux ou non, certainement pas de l’okara, qui vous donnera une consistance de gâteau, tout moelleux et légers comme celui-ci,
    tablette okara framboises chocolat blanc 004
    mais sans aucun rapport avec un cheesecake. Tout n’est pas interchangeable en cuisine.
  • Une autre utilisation parfois proposée, que personnellement je ne conseille pas, est de la manger telle quelle, en y ajoutant des arômes salés ou sucrés ; par exemple, on ajoute du miel, des graines … OK c’est sain, mais de là à dire que c’est bon … donc c’est sans moi. Je l’ai vue aussi une fois additionnée de tahin, et présentée comme une alternative à l’houmous ; alors, soit la personne n’a jamais essayé, soit elle ne sait pas ce qu’est l’houmous. La consistance de l’okara n’est pas du tout crémeuse, mais « poudreuse humide », dirais-je, donc d’après moi pas du tout agréable à manger telle quelle. Sans compter que son goût n’est pas terrible, même la pulpe d’amandes, puisque la saveur est partie dans le liquide. La meilleure okara à manger telle quelle est celle de sésame. Mais pas directement à la cuillère ; selon moi, on se nourrit, mais ce n’est pas de la gastronomie. L’okara peut être délectable, mais il faut la travailler.

lait tournesol sésame 618

Lait tournesol sésame

2. Déshydratée :

Sa saveur et donc ses utilisations seront très différentes. Déjà, la déshydratation permet de la conserver très longtemps à température ambiante dans un bocal.

  • Elle peut alors constituer une panure très protéinée, avec un léger goût de noisette ou de noix de coco ; elle peut remplacer une partie de poudre de noisettes, d’amandes ou de coco dans des muffins, ou même une partie de la farine.
  • On peut aussi la saupoudrer sur un plat, pour augmenter sa teneur en protéines, en donnant un petit goût noisetté.

Vous constatez donc que ses utilisations sont véritablement multiples, surtout que mon énumération ci-dessus est loin d’être exhaustive !

Pour aujourd’hui, je vous propose un exemple déjà posté : petits pains aux amandes et okara, au déshydrateur. Vous aurez, au fur et à mesure, plein d’autres recettes que je réalise et, dès demain, ultra rapides et délicieuses, des galettes okara Laguiole vieux ou Comté :

galettes okara 043

 

Share Button

7 réponses à Laits végétaux (8/8) : utilisation de l’okara, en salé comme en sucré

  1. Angela

    Bonjour,

    Je retrouve votre page et j’aime beaucoup. Par contre je voudras savoir comment déshydrater l’okara s’il vous plaît ? Je ne retrouve pas ça nulle part.

    Merci beaucoup !

    • Valérie Moncan

      Dans un déshydrateur ! A 40-45°.

  2. océane44

    Bonjour,
    Tout comme vous je ne peux lire ce qui n’est pas noir. Je sélectionne tout le texte que je copie puis colle sur une nouvelle page. Je sélectionne tout le texte ainsi collé et je choisis couleur d’impression noir. Les zones qui étaient « invisibles » pour moi sont alors écrites en noir et en gras. La mise en page de son auteur est respectée, et l’important »saute aux yeux » au lieu d’avoir disparu. Je mets à profit ce week-end pour lire ce blog découvert cette semaine. Je n’en perd pas une miette, ce qui serait dommage pour ce site instructif, gourmand et qui propose une si belle éthique.
    Voilà la solution que j’ai trouvée, si elle vous intéresse, je vous l’offre. Bonne lecture!

    • Valérie Moncan

      Merci beaucoup des compliments, Océane ; c’est vrai, à la fois éthique, santé, gourmandise, c’est ce que je tente de faire :)

  3. Sweetman

    bonjour, vos idées sont bonnes, mais vous devriez éviter de les écrire en jaune sur du blanc, pensez qu’il y a des gens qui ont du mal à lire (je fais partie de ces gens), en rouge ou bleu, ça serait beaucoup plus visible. Amicalement. DS

  4. amélie

    Bonjour,

    depuis la semaine dernière je me mets à faire du lait de soja (bien meilleur) que celui acheté, le lait d’amande est sur le départ aussi ( merci pour vos fiches techniques, idéales pour les novices) et je ne savais trop comment utiliser l’okara, en sucré en salé, maintenant je sais
    bonne journée

    • Valérie Moncan

      Merci beaucoup pour ce retour Amélie 😉 Je suis d’accord, le lait de soja maison est bien meilleur. Une recette toute rapide avec de l’okara aujourd’hui !

Répondre à Angela Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>