Lait de soja maison, pourquoi et comment le faire (4/8)

Share Button

lait de soja

C’est mercredi, on continue le dossier laits végétaux, avec le lait de soja !

De quel soja parle-t-on ?

Il s’agit ici du soja jaune, de la famille des papillionacées, de la sous-famille des légumineuses ; c’est avec la fève sèche que l’on fabrique le lait de soja, le tofu, la farine de soja et tous les produits fermentés à base de soja : tempeh, miso, tamari (fait à partir de soja seul), sauce soja (faite à partir de blé et soja).

A ne pas confondre avec le haricot mungo, vert, que l’on consomme cuit, ou germé sous forme de « pousse de soja ».

Propriétés du lait de soja :

Le lait de soja est très riche en protéines, calcium, phosphore, magnésium, fer ..
C’est un lait stable, très homogène, et le lait maison est vraiment meilleur que celui que l’on trouve dans le commerce. Je n’ai personnellement jamais réussi à apprécier celui acheté, même en magasin bio, alors que l’on trouve de très bons laits d’avoine ou de riz.
Et l’intérêt est qu’il permet de faire son tofu (prochain article sur les laits végétaux, mercredi 14 octobre !) , donc meilleur lui aussi.

Si vous désirez en savoir plus sur les autres laits vg, je vous conseille cet article.

Share Button

Lait de soja

Par 8 octobre 2014

Ingrédients

Instructions

  • Faire tremper les graines une dizaine d’heures dans de l’eau filtrée (la qualité du tofu en dépend), dans au moins quatre fois leur volume d’eau. Cela permet d'éliminer les purines, présentes dans les légumineuses avant trempage.
  • Les égoutter et bien les rincer. Si la transformation est reportée, les égoutter après 12 heures de réhydratation, les rincer, les égoutter et les garder au frigo, afin qu’elles ne germent pas.

soja  non tempé

Fèves de soja avant trempage

soja trempé

Fèves de soja après trempage

Avec le Soyquick :

  • Remplir le réservoir et appuyer sur le bouton Démarrage, c’est-à-dire que l’appareil va chauffer jusqu’à 80°, c’est indispensable pour le lait de soja, puis broyer par à-coups, afin de ne pas surchauffer les graines.
  • A la fin du cycle, on obtient 1,2 l de lait de soja. Ecumer (ce sont des particules indigestes qu’il vaut mieux enlever, les mêmes qui se forment lorsque l’on fait cuire des pois chiches par exemple) et filtrer à travers un chinois.

Un appareil à faire les laits est ici un gain de temps appréciable, car il permet à la fois de cuire, ce qui est indispensable pour le soja, de mixer et filtrer sans surveillance.

19 réponses à Lait de soja maison, pourquoi et comment le faire (4/8)

  1. Lénaick Gosselin

    Bonjour,
    Si on n’a pas de soyabella…vous savez comment on peut le faire ? (niveau cuisson,temps,mixage…)
    Je voulais aussi vous demander: vous dites que vous achetez le soja « en gros », vous l’avez sur le net ou chez un particullier?
    Merci

    • Valérie Moncan

      On fait cuire les fèves une vingtaine de minutes, jusqu’à ce qu’elles soient tendres. Puis on mixe et on filtre. Le processus est exactement le même que celui que je décris.
      J’achète le soja en magasin bio, ils l’ont en 3 kg sur demande. c’est primordial d’utiliser du soja bio de toute façon. Mais j’imagine qu’on peut aussi en trouver sur le net.

  2. Madame Propre

    Bonjour. Je lis parfois qu il faut extraire le lait a cru, puis le faire cuire. Et parfois de faire cuire le soja avant d en extraire le lait’ qu en pensez vous?

    • Valérie Moncan

      Il faut tout d’abord faire cuire les fèves de soja afin d’en enlever les éléments antinutritionnels, qui disparaissent à la cuisson ; c’est la méthode traditionnelle chinoise ou japonaise.

  3. Dragon

    Et tu as eu raison! Pour une fois, difficile de reproduire chez soi une technique industrielle bien rôdée et qui, reconnaissons-le, n’abîme probablement pas le produit de base (transformation des glucides en maltodextrines).
    Mais je pense qu’au Vitamix, la réalisation des laits d’oléagineux devrait également être possible (sans filtration)?

  4. Dragon

    J’ai testé le lait de pois chiches ce week-end: effectivement, comme tu le subodorais Valérie…infect! Cela tenait plus de la soupe de pois chiches liquides que de lait.
    Je me suis vengée sur l’achat de lait de riz thaï/quinoa (Carrefour bio), je donnerai mes impressions dégustation dès que possible.

    • Valérie Moncan

      Figure-toi que j’ai justement pensé à toi hier : je voulais faire tremper du soja pour faire du lait, donc j’empoigne ma bouteille … pour m’apercevoir juste à temps que j’avais pris des pois chiches au lieu de soja ! Mais je n’ai pas voulu tester 😉

  5. Gasmi

    Bonjour,
    Ou trouve t on ces fèves de soja? en magasin bio?
    Merci

    • Valérie Moncan

      Bonjour Gasmi,
      Oui, en magasins bio, c’est assez courant.

  6. Dragon

    Alors:
    -non seulement on peut fabriquer du lait de lupin selon la méthode du lait de soja (bien rincerl es graines, laisser tremper dans de l’eau fraiche, re-rincer,
    mixer avec de l’eau, le tout sans cuisson), mais en plus,
    -on peut fabriquer des yaourts avec en mettant le « lait » avec un ferment pour 7/8 heures en yaourtière.
    Moi, cela n’a jamais marché avec ce type de base (soja etc…): il se forme rapidement une phase aqueuse et une phase solide dans mes pots de yaourts, le résultat est lamentable!

  7. Dragon

    Merci Mamapasta, oui, je parle et lis l’allemand: j’y cours;
    cela étant, le lupin, j’ai goûté…Hum…Mais peut-être que le lait est différent.

  8. Dragon

    Ma chère Valérie, je chauffe toujours le lait de soja pour éliminer les principes toxiques (la soyabella le chauffe fait automatiquement de toutes façons).
    Quant à seconde réponse, et bien figure toi qu’hier, je suis tombée sur un site de culture ( non français) et donc également de cuisine libanaise « pur jus » et que là bas, on songe à amplifier la culture du pois chiche pour pallier aux problèmes de nutrition sans s’embarquer dans la culture du soja! Les autorités prônent donc l’utilisation du pois chiche pour réaliser les pâtisseries et autres joyeusetés, mais également pour faire du lait, avec la farine de pois chiches toutefois!!
    J’ai été « scotchée »quand j’ai lu cela, et donc, je vais tenter l’expérience: comme j’ai un palais assez difficile (je n’aime pas non plus le lait de soja, ça tombe bien), je te ferai part du résultat!

    • Valérie Moncan

      Parfait, tu me diras 😉

  9. Dragon

    D’autre part, étant intolérante au soja, je souhaite fabriquer un lait dont les protéines soient complémentaires de celles de céréales ou plantes sans gluten (sarrasin, riz etc…).
    J’ai entendu parler du lait de pois chiches, mais cela me laisse perplexe (goût, utilisation etc…) : peut-être vas-tu en parler dans ton billet du 14 octobre? Bonne journée.

    • Valérie Moncan

      Beurk … J’imagine bien le goût ! Ce n’est pas parce qu’on mange sain qu’on est obligé de manger dégueu selon moi mais, je l’ai déjà remarqué, certains adeptes de cuisine saine n’ont pas la même opinion 😉 Désolée, je te réponds un peu cash ! Après tout, je n’ai jamais essayé, mais je suis comme toi, dubitative. Sinon, je ferai amende honorable 😉

      • Valérie Moncan

        Hum, hum … mon allemand non pratiqué depuis la terminale ne me donnait qu’une idée imprécise de la chose ; alors je suis passée par les recettes en anglais ; et là, je n’ai trouvé que des recettes de lait de lupin à partir de lupins trempés mais non cuits ; alors que sur la recette allemande, elle fait cuire. Ce qui est sûr, c’est qu’on peut faire des laitages à partir de lait de lupin, ce que je ne savais pas. D’autre part, j’ai trouvé un article parlant de propriétés antinutritionnelles du lupin (comme pour le soja), donc qu’il faut absolument faire tremper, et apparemment cuire. Je pense qu’on peut faire du lait de lupin de la même manière que le lait de soja ; personnellement, je le ferais à chaud.

  10. Dragon

    Bonjour Valérie,
    j’ai fabriqué à plusieurs reprises du lait de soja avec la Soyabella, il s’est avéré particulièrement fort et pas très bon…En me promenant sur d’autres blogs, j’ai lu qu’il en était ainsi lorsqu’on utilisait du soja non dépelliculé, et j’ai en effet constaté qu’il existait (chez Celnat je crois) du soja dépelliculé;
    quel est ton avis-éclairé- sur la question: vaut-il mieux employer du soja entier ou dépelliculé dans la Soyabella? Merci.

    • Valérie Moncan

      Bizarre ; avais-tu bien utilisé la fonction chauffe ? C’est vraiment indispensable pour le lait de soja. Je fais du lait de soja avec du soja entier ou du soja dépelliculé (que j’utilise pour faire du tempeh) selon ce que j’ai à la maison ; je n’ai jamais noté aucune différence. Mais bien sûr il faut le faire tremper. C’est vrai que ces derniers temps, j’utilise plutôt du dépelliculé, juste parce que je l’achète en gros et que, du coup, je n’achète plus l’autre, mais avec le complet le goût est le même. Ceci dit, le lait de soja n’a jamais été mon favori parmi les laits vg.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>