Gado-gado : indonésien, simplissime, excellent !

Share Button

Gado-gado.

Gado-gado.

Gado-gado, on voyage aujourd’hui ! Direction Indonésie, au soleil 😉
Le gado-gado est un plat très courant en Indonésie, très divers, la seule constante étant la sauce, gado-gado justement, à base de cacahuètes, qui sert à napper tous les éléments du repas. J’ai bien dit du repas, car le gado-gado est un plat complet, certainement pas une salade comme l’affirme Wikipédia anglais ou français, donc comme beaucoup le répètent sans savoir. Un repas n’est pas forcément entrée, plat, fromage, dessert, il vaut mieux même que ce soit le moins souvent possible, car c’est totalement anti physiologique. Donc repas gado-gado !

Qu’est-ce que le gado-gado ?

Vous prenez plein de légumes, crus, cuits, un mélange des deux, du riz cuit vapeur, et vous pouvez y ajouter du tempeh (à base de soja fermenté, plus digeste est sain que le tofu), parfaitement indonésien, ou du tofu, des œufs durs
En ce qui concerne les légumes, je ne peux être exhaustive, le choix est infini ; pensez aux légumes locaux et de saison, donc votre gado-gado sera forcément différent selon l’endroit où vous habitez et selon le moment de l’année. Et, plus vous serez nombreux à le déguster, plus la variété des légumes sera grande. Aujourd’hui pour nous, c’était un petit gado-gado, car nous étions peu nombreux : il y avait des bâtonnets de carottes (incontournables, carottes et sauce gado-gado sont un must !), du radis râpé, du giraumon, de la salade, du chou-fleur rapidement passé à la vapeur, du tofu au tamari, du riz thaï vapeur. Il aurait pu y avoir des graines germées, des pommes de terre vapeur, des haricots verts, des courgettes (pas en ce moment !), du brocoli, des concombres … bref, que sais-je encore !

Si vous voulez un gado-gado plus sain, vous pouvez privilégier les légumes crus ; et, si vous en faites cuire certains, ne les faites surtout pas surcuire, et choisissez une cuisson douce.

Sauce gado-gado :

  • A base de cacahuètes, obligatoirement. Vous ajoutez de l’ail, de l’oignon, du piment, des épices … c’est juste délicieux !
  • Il faut un petit peu de sucre Rapadura ; il n’est en aucun cas remplaçable par du sucre de betterave, de toute façon diabétogène et cariogène.
  • Il faut aussi un liquide ; deux versions sont possibles, eau ou lait de coco. Alors personnellement, je suis absolument contre le lait de coco dans cette sauce. J’adooooooore le lait de coco, donc ce n’est pas le problème ; mais, associé aux cacahuètes, c’est absolument écoeurant selon moi et totalement assassin pour votre foie (et ça, ce n’est pas selon moi, c’est un fait !). D’ailleurs, chaque fois que j’en ai mangé en Indonésie, c’était sans lait de coco.

Problème et solution concernant les cacahuètes :

Il faut le reconnaître, les cacahuètes sont les seuls oléagineux dont il faut limiter la consommation, car elles sont néfastes pour le foie. Mes enfants et moi mangeons des cacahuètes, car nous n’avons pas de pathologie particulière, et n’en consommons pas continuellement, donc il n’y a pas de problème. Mais si vous êtes très fragiles du foie ou avez une pathologie lourde, vous devriez les éviter. Cette sauce peut se réaliser à base d’amandes (préalablement trempées). Ce ne sera plus du gado-gado, avec sa saveur si particulière, mais ce sera excellent également, et parfaitement sain. Vous pouvez voir ici les fabuleuses propriétés des amandes.

Bon, je crois que j’ai à peu près fait le tour ! A vos blenders ! C’est vrai, je n’en ai pas parlé, mais il vous faut un blender de qualité, pour mixer tous les ingrédients de la sauce.
La réalisation de la sauce est très rapide ; le temps plus ou moins long pour préparer le gado-gado dans son ensemble dépend de la quantité de légumes dont vous aurez besoin, donc du nombre de personnes prévues pour le repas.

Indonésie 1312

 

Share Button

Sauce gado-gado :

Par 14 février 2017

Ingrédients

Instructions

  • Préparer tous les légumes, oeufs, tempeh, tofu ...
  • Faire cuire le riz Thaï comme ici.
  • Passer tout au Vitamix sauf tamari, citron et pâte de piment.
  • Faire frémir 2 mn à couvert, en remuant. Le mélange doit former une pâte homogène.
  • Une fois la cuisson terminée, ajouter alors le tamari, le jus de citron et la pâte de piment. Ajuster en assaisonnement.
  • Enlever du feu.
  • Disposer toutes les garnitures sur la table, la sauce, et chacun se composera son assiette, en nappant le tout généreusement de sauce gado-gado.
Remarques :
  • Si l’on garde la sauce plusieurs jours, il peut être utile de la rallonger quelque peu, car elle ne doit surtout pas être compacte.
  • Astuce : un peu de sauce, des petits bâtonnets de carottes, et vous avez un apéro aussi original qu’excellent !

4 réponses à Gado-gado : indonésien, simplissime, excellent !

  1. dragon

    Mon plus beau souvenir: une vielle dame édentée fabriquant du tempeh complètement artisanal dans un village reculé, sans route ni confort, comme au XVIIIème siècle: un moment de pure merveille quand je lui ai fait comprendre avec des geste que je souhaitais en goûter et qu’elle m’en a tendu un morceau en riant…!

    • dragon

      Oups, pardon pour les »fôtes »!

  2. dragon

    A Java, je mangeais du gado- gado presque chaque jour: les restaurateurs y mettaient des haricots verst et des tomates, outre le riz et les oeufs; le tout était systématiquement accompagné d’une chips de crevette frite. et quand je n’avais plus de sous, je commandais un bubur puti, autrement dit une espèce de porridge de riz qui plâtrait bien l’estomac!

    • Valérie Moncan

      Moi aussi j’ai de superbes souvenirs de gado-gado en Indonésie ; notamment une fois, après avoir escaladé un volcan au très très petit matin pour y voir le lever du soleil. Gado-gado ensuite dévoré avec appétit :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>